Comment fonctionne le système de freinage d’une moto ?

Son rôle est de diminuer ou d’annuler le travail produit par le moteur. Au moment où il entre en fonctionnement, il transforme l’énergie cinétique du véhicule en chaleur. Le freinage est constitué de quatre éléments distincts : le levier ou la pédale, la durite, le frein et la partie mobile.

Les deux types de freins

Il existe deux types de freins : le frein à tambour et le frein à disque. Le frein à disque semble le plus répandu dans le monde de la moto. Le frein à tambour est encore utilisé principalement pour la roue arrière par exemple pour la Kawasaki ER5. Les systèmes actionnant les freins peuvent être multiples. On trouve des systèmes de tringles, appelé commande par câble, ou la mise en pression d’un liquide, appelé commande hydraulique. La commande hydraulique est la plus répandue dans le monde de la moto. Ce système est un circuit fermé. En effet, le volume de liquide de freins contenu dans le circuit est toujours le même. La pression du liquide de frein est régulée par le maître-cylindre, et va être menée vers la roue par les durites

Le fonctionnement du frein à tambour

Dans le frein à tambour, le système de freinage est totalement enfermé. A l’intérieur du tambour, il y a la flasque porte-mâchoires. Celle-ci est dépendante de la rotation de la roue. Lors du freinage, le jeu de tringle vient faire tourner la came qui appuie sur une des mâchoires qui s’articule autour du pivot pour venir appuyer sur la piste de freinage. Lorsqu’on lâche le levier de frein, les ressorts remettent la mâchoire en position initiale. Le pilote actionne le levier de frein ou pédale. Son action crée un « pivot » en basculant la commande de came. La came écarte les mâchoires. Les mâchoires entre alors en contact avec la piste du tambour. Un frein à tambour n’est efficace qu’aux alentours de 100 km/h.

Le fonctionnement du frein à disque

Le frein à disque est le plus représenté dans le monde de la moto. Il a existé des freins à disque commandés par câble mais ce système a été largement remplacé par la commande hydraulique. Lors du freinage, le liquide de frein est mis en pression par le maître-cylindre. Cette pression est conduite par la durite jusqu’à l’étrier qui contient un ou plusieurs pistons qui poussent alors les plaquettes contre le disque qui est dépendant de la roue.